Le module dédié à la réalisation des essais de fissuration sur machine d’essai universelle existante se compose d’une interface logicielle et d’une partie structure. Une fois le module positionné dans la machine, et l’éprouvette positionnée dans le module, l’opérateur lance l’acquisition des données par le biais de l’interface logicielle, puis lance le mouvement de la traverse de la machine universelle. Après rupture de l’éprouvette, l’opérateur arrête le mouvement de la traverse de la machine universelle, stoppe l’acquisition des données, via l’interface logicielle, puis remonte la traverse de la machine universelle.

Lors de l’essai, l’acquisition de la force appliquée et des déplacements induits se fait par le biais d’un capteur de force et de deux capteurs de déplacement intégrés au module. Ces données sont sauvegardées sur le disque dur de l’ordinateur relié à la carte d’acquisition, et sont présentées à l’opérateur, à l’issue de l’essai, sous la forme d’une courbe accompagnée d’un diagnostic : essai BON ou essai MAUVAIS.


 Illustration: module d'essai de fissuration monté sur une machine d'essai universelle MTS.


 


Dans le cas du module autonome, l’interface logicielle permet de gérer l’acquisition des données, mais aussi le mouvement du vérin électrique qui permet le chargement de l’éprouvette jusqu’à la rupture. Ce vérin électrique est simplement monté au-dessus de la partie structure utilisée pour les essais sur machine universelle, qui reçoit également un piètement et une armoire électrique de commande et de sécurité.


 Illustration: module d'essai de fissuration autonome.